Christophe VERNA

INVENTEUR

     

2 prototypes de la voile auto portée

 Vidéo du 1er Prototype

Vidéo du 2ème Prototype

-o-o-o-o-o-

_ Dépôts de brevets : 1 ; 2

    -o-o-o-o-o-

-o-o-o-o-o-

-Autres voiles volantes-

 

PUBLICATIONS :

 

-o-o-o-o-o-

-o-o-o-o-o-

:

-o-o-o-o-o-

-o-o-o-o-o-

-o-o-o-o-o-

-o-o-o-o-o-

-o-o-o-o-o-

-o-o-o-o-o-

-o-o-o-o-o-

-o-o-o-o-o-

-o-o-o-o-o-

 

 

Calculs de rentabilité d'une voile simple publiés sur le site Skysails

 

 

               

_Voile volante de traction auto portée_

_ Cette voile, totalement innovante, concerne un aménagement naval qui a pour but de faire réaliser de considérables économies de carburant aux cargos et porte-conteneurs en récupérant la force du vent ; à la différence de la  "Skysails" et ses consoeurs, cette voile volante est portée par un/des gaz plus légers que l'air, il en résulte qu'elle ne peut pas tomber à l'eau en cas de baisse de vent.

_ La disparité entre cette voile auto portée et les voiles de traction classiques est fondamentale, elle tient tout simplement à l'énorme différence entre le plus lourd et le plus léger que l'air...

_ Cette invention pallie ainsi le problème de récupération d'une voile immense tombée à la mer ( 1  ,  2 ), gorgée d'eau ou/et prise dans l'hélice.

_ Elle est complétée par l'Ensemble de systèmes de stabilisation horizontale des voiles volantes de traction.

_  Cette voile, s'élevant par elle-même (ce qui lui confère une facilité de mise en œuvre et de récupération sans égal), n'a pas besoin de mât et autres appareillages d'élévation très coûteux (près d'un million d'€) pour sa  mise en œuvre ou récupération.

_ Elle capture le vent à la verticale et tire le bateau à l'horizontale, ce qui lui assure un rendement maximum.

_ L'élévation de la voile est régulée par une triangulation dont le point bas est relié à un flotteur directionnel pesant suffisamment pour rester à l'eau en maintenant la voile :1°/ horizontale à la façon d'une balance à fléau, 2°/ à la hauteur désirée, 3°/ le flotteur, muni d'une propulsion et d'un gouvernail dirige la voile par ces moyens vers la direction souhaitée 4°/ les treuils agissent également en ce sens par la gestion des câbles de tractions droite et gauche .

_ Cette invention, qui capte le vent à la verticale et tracte vers l'avant est préférable aux systèmes actuels qui ont le défaut de capturer le vent à l'horizontale, de tracter en hauteur et font des " 8 " incontrôlés tel un chien en laisse. 

_ De plus, à contrario des bateaux qui possèdent des mâts orientables et des voiles en matériaux composites, le pont du navire est libéré de ces apparaux et l'horizontalité du bateau reste constante car il est tracté par un point à hauteur du pont, 2 conditions indispensables aux transport des conteneurs maritimes (les voiles à mât génèrent obligatoirement de la gîte, car le point de propulsion est situé bien au-dessus du pont).

_ Un aménagement consiste à donner un angle à la voile, afin qu'en cas de coup de vent très important la voile se lève en laissant le vent glisser sous elle au lieu d'accuser un choc frontal ; le flotteur, doté d'un treuil à récupération automatique rattrape la longueur de câble concédée une fois la bourrasque passée.


_ Le taux de capture de vent sera géré par la modification de l'angle horizontal de la voile auto portée via un ordinateur en relation avec un anémomètre ou/et des renseignements météorologiques afin de réduire ou augmenter la prise de vent.

_ L'angle vertical de la voile auto portée sera modifié par la gestion des câbles de traction du côté droit et gauche via un ordinateur en relation avec une girouette ou/et des renseignements météorologiques, afin que la voile tracte le navire en direction du cap programmé.